Les premières récoltes

Quelques nouvelles du potager lorrain.

Nous n’avons pas réussi à pailler tout le potager : le temps nous a manqué pour pouvoir à nouveau tondre le jardin.

Ce sera fait, quand ce sera fait.

Auteur : Emilie & Fabrice

Nous avons eu très peu de pluie (il a dû pleuvoir 2 fois en 1 mois), alors Mr arrose à peu près tous les 2-3 jours, et chacun son tour à le droit à un arrosage plus poussé.  On est loin de ce que les choux auraient besoin pour pousser comme il faut (1 gros seau par pied dixit Belle-Maman) mais bon… au moins, on a moins de limaces. 

Les haricots eurent quant à eux, le droit à un arrosage très minutieux de MiniNous.

Les choux se sont plus ou moins faits dévorer selon l’endroit où ils sont situés dans le potager. On verra ce que ça donnera, mais on a tout de même 2 jolis choux-fleurs qui pointent le bout de leur nez.

Les aubergines sont comme figées dans le temps : elles n’ont pas poussé d’un poil depuis que je les ai mises en terre. C’est étrange car les autres années, elles donnaient bien.

Le liseron continue de pousser par-ci, par-là. Une amie m’a dit que c’était le signe d’une terre riche en azote. Mais il me semblait que l’azote c’était bon pour nos légumes alors il va falloir que j’étudie cela de plus près. En attendant, ça s ‘enlève facilement quand ce n’est pas encore tout entortillé autour des tiges.

Les petits pois nous ont offert notre première récolte : à peine écossés, ils sont passés à la casserole. enfin… à la cocotte ! D’autres vont suivre dans quelques jours.

Les premiers haricots verts seront bons à cueillir d’ici quelques jours également. Par contre, comme j’ai moins chargé mes lignes de graines que d’habitude, c’est sûr que le rendement sera moindre. On a espacé de quasiment 1 mois la plantation des secondes lignes. A voir si ce décalage était une bonne idée.

Les pieds de tomates, « mes miens » sont sacrément costauds par rapport à ceux que j’ai achetés. (Vous la sentez la fierté à peine dissimulée?)

En parlant de tomates : jusqu’à maintenant, j’ai toujours enlevé les gourmands et laissé 4 branches fleuries maxi par pied pour que les fruits puissent être suffisament nourris.

Mais j’ai lu dernièrement un article qui m ‘a interloqué car il disait qu’on pouvait se passer de cette étape en laissant les gourmands (qui ne porteraient pas si bien leur nom que ça).

Les fruits seraient moins gros mais plus goûteux.

Alors je crois que je vais faire des tests en laissant quelques pieds vivre leur vie en toute autonomie.

En attendant, on attend justement avec impatience qu’elles passent du vert au rouge celles-là !

J’ai planté mes premiers poireaux-maison, et puis aussi ceux de Belle-Maman. J’ai joué à la coiffeuse au potager « Vous me couperez bien les racines assez courtes et vous me dégagerez les feuilles à 15 cm avant de m’enterrer bien profondément s’il vous plait ! ».

Dans le petit abri, le melon pousse bien. Le 2e qui avait été mangé par une limace et qui avait finalement remonté la pente (à notre plus grande surprise) s’avère être plutôt… une courge ! Le mystère du potager… (melons ou pas) La pastèque, quant à elle, après un gros coup de chaleur, n’a pas su renaître de ses cendres.

J’ai éclairci les carottes mais, comme dirait Solenne (La vie du potager) : qu’il est difficile d’arracher ce qu’on a vu pousser avec tant de plaisir. Même si c’est pour permettre de laisser de la place à tout le monde pour avoir des carottes dignes de ce nom, c’est toujours un peu douloureux…

Les pommes de terre sont en pleine forme : je crois qu’elles n’ont jamais été aussi hautes. Espérons que leur plumage ce rapportera à leur … quantitage.

Les courges, elles, poussent doucement pour le moment. Je crois que le manque d’eau se fait sentir…

Il n’y a pas à dire, mais quel bonheur de voir pousser tout ce petit monde qu’on a connu à l’état de graines !

Au pays des fruits : c’est la jungle chez les framboisiers.

On attend que ces mesdames rosissent. Le groseiller nous donne de jolies grappes qui devraient finir en gelée dès ce soir. Et le mûrier, que je ne vous avais pas encore présenté étant donné qu’il n’est pas dans le potager, promet lui aussi de sacrées gelées.

Pour terminer sur cette note sucrée, notre jeune verger ne nous a donné aucune cerise (merci les pucerons…) , mais nous donnera… roulements de tambours… 3 pêches de vigne et de quoi faire une tarte à la mirabelle. 

On a ce qu’on a : c’est ça la vie au vert !

A bientôt!

Emilie

Vous aimerez aussi...

Recevez les nouvelles fraîches

Ne manquez plus rien, nouveaux articles, vie du potager ou encore les derniers Trucs & Astuces pour vous faciliter la vie. Recevez directement dans votre boite mail les nouvelles fraîches de Potagernération!

2020 POTAGERNERATION – Fait en France

Formulaire de contact

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

MERCI!

Votre message à été envoyé.

Nous ferons en sorte de vous répondre dans les meilleurs délais.

Retrouvez nous sur les réseaux!

17 Partages
Partagez17
WhatsApp
Enregistrer