It’s rainning again !

Hello Summer !!!
Que le temps passe vite, si vite… 
Qu’est-ce que j’ai pu râler contre cette horloge quasi immobile, ces jours toujours plus longs les uns des autres, ces journées encore et toujours identiques. La pluie est arrivée et a tout réveillé. Le jardin n’a plus le même visage. L’odeur de terre humide, les perles de pluie sur l’herbe, le récupérateur d’eau plein, et la corvée arrosage en pause… Vous le voyez le tableau ? Le pied non ?

Auteur : Solenne

Je découvre ce nouveau plaisir qu’est d’explorer chaque nouvelle tige, chaque nouvelle fleur, chaque nouveau fruit, chaque nouveau plant… Oui ! Chaque nouveau plant !!! J’ai été émerveillée de trouver tout un tas de nouveaux plants dans l’esplanade à potimarron…

On y avait mis toute sorte de terre :

  • La terre des anciens arbustes déracinés

  • La terre de vieux pots inexploités

  • Du compost

De nombreuses graines du compost se sont mises à germer et à donner de beaux plants qui poussent à une vitesse folle.

Je ne sais pas vous, mais je trouve difficile d’éclaircir les plants.

Oui « c’est étrange ! » vous me direz ! En réalité, j’étais tellement persuadée que je n’y arriverais pas, que chaque plant est une victoire. Il m’est donc impossible de les enlever, qui refuse ces si belles victoires ??? Je vais finir par devoir ouvrir une boutique de plants de cucurbitacée à ce rythme!

Bref, retournons au cas : « esplanade à potimarron » … J’étais OBLIGEE d’éclaircir… je n’ai pas pu faire autrement.

La nature a pris la confiance, elle s’est lâchée ! Il faut imaginer toutes les graines d’un poivron germer sur un petit 5cm²…

Bref j’ai éclairci !

Ne me jugez pas, ma curiosité l’a emporté sur l’éclaircissement ! Je suis tellement curieuse de découvrir de quelle plante il s’agit. J’ai cru deviner des melons et des poivrons, mon barbu (petit clin d’œil Fred) y voit des tomates.

J’espère que toutes ces nouvelles copines se plairont dans cette esplanade.

Au milieu de l’esplanade j’ai planté mon plant de patate douce, et j’ai bien envie de planter mon mini bananier pour faire un peu d’ombre à ce joli monde, au retour du soleil !

Oui, oui, bon, je sais il n’y a pas de place, ce n’est pas raisonnable !!!

Après avoir lu attentivement l’article de Mr Feat : « Le vent au potager »,  je me suis lancée dans la construction d’un support/tuteur pour mes petits pois.

Pour la petite histoire, je voulais absolument des petits pois dans mon potager, c’est comme ma madeleine de Proust.

Meuble à semis

Je suis donc partie, dans le premier magasin venu, à la recherche de graine de petit pois. Le fameux Graal à la main, je suis rentrée fièrement à la maison, prête à planter !

J’appelle le Padre : « Tu as pris quelle variété, les nains ? » … Je vous laisse imaginer le fameux blanc de la mouche qui vole… Naturellement j’ai pris les petits pois de 1m50…

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?!

Une fois le support/tuteur monté, j’ai planté mes plants de petit pois. Ils se sont bien développés depuis la pluie. Aujourd’hui les cosses grossissent doucement.

Je les ai couverts d’un filet pour les protéger du vent et des oiseaux qui commencent à roder autour, j’ai également posté devant quelques matous poilus .

On n’est jamais assez prudent !!!

Je découvre l’univers des potagers et la générosité des jardiniers… Après avoir distribué mon surplus de cucurbitacées mystère, j’ai reçu beaucoup de plants également, et principalement des tomates !

Le bonheur !

J’en ai planté une partie dans de grands pots (je n’ai pas d’ortie dans le jardin, donc j’ai misé sur le compost, on verra bien) que je bâche en période de pluie. Les autres sont restés un moment dans des petits pots à l’intérieur… Ça fout un peu la trouille le Mildiou !

On est donc parti avec mon acolyte barbu à la recherche d’une petite serre à tomates, il faut dire que la forêt amazonienne dans la cuisine ça va un temps.

Après avoir lu et suivi des tutos, j’ai planté mes plants de tomates assez profond. J’ai découvert que les petits poils blancs que l’on aperçoit sur la tige sont des potentielles racines en devenir, qui permettent ainsi la bonne alimentation du plant.

Ni une ni deux, les poils blancs ont disparu sous la terre ! Les fleurs se développent et me laisse espérer de goûter une « tomate du jardin ».

J’attends maintenant mes deux carrés potagers qui ne devraient plus tarder.

J’ai bien l’intention d’y planter mes salades, et ma variété de fraises à fleurs roses, n’est-elle pas trop mignonne ?

Effectivement il ne me faut pas grand-chose !

Un petit mot de fin pour les Cétoines…

Larves pas très belles, je dirais même repoussantes et en même temps fascinantes. Souvent confondues avec les larves de Hanneton. La confusion est facile, et pourtant leur rôle dans le jardin est bien différent.

La larve de cétoine décompose les déchets. Une fois adulte elle se transforme en un magnifique scarabée qui pollinise les fleurs. Le hanneton lui se fait un festin des racines de nos chers plants.

Bref ceci est un appel à tous les fervents défenseurs de potager :

Protégeons les larves « gros culs petits têtes » !

Victor et moi-même vous souhaitons un bon début d’été !

Oui, nous faisons aussi un élevage de crapaud…

 

Potageusement vôtre, Solenne

Vous aimerez aussi...

Une réponse

Les commentaires sont fermés.

Recevez les nouvelles fraîches

Ne manquez plus rien, nouveaux articles, vie du potager ou encore les derniers Trucs & Astuces pour vous faciliter la vie. Recevez directement dans votre boite mail les nouvelles fraîches de Potagernération!

2020 POTAGERNERATION – Fait en France

Formulaire de contact

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.

MERCI!

Votre message à été envoyé.

Nous ferons en sorte de vous répondre dans les meilleurs délais.

Retrouvez nous sur les réseaux!

0 Partages
Partagez
WhatsApp
Enregistrer